Le millésime 2017 à Bordeaux


La naissance d’un millésime qualitatif et surprenant


Le millésime 2017 s’annonçait à Bordeaux comme l’année de tous les défis. Et pourtant, après les deux excellents 2015 et 2016, 2017 aura confirmé la constance des grands terroirs tout en mettant en lumière des découvertes inattendues. Aromatique, pureté et éclat du fruit, élégance et soyeux des tanins, acidités bien équilibrées, avec des vins racés et frais, 2017, sans avoir la matière des deux précédents millésimes, restera à coup sûr mémorable.




Un millésime entre délicatesse et rareté


Avec des caractéristiques climatiques exceptionnelles, 2017 rappelle durement que la viticulture est étroitement liée aux risques que la nature expose. L’année avait en effet commencé sous les auspices d’un millésime précoce. Marqués par un cycle végétatif en avance par-rapport à la normale, les mois de février et mars ont favorisé une croissance rapide de la vigne. Les quatre nuits de gel de la fin du mois d’avril auront été redoutables, anéantissant plus de 40% de la récolte sur l’ensemble du vignoble bordelais avec des disparités importantes selon les appellations. Les vignobles épargnés par le gel connaîtront une floraison précoce et homogène grâce aux températures particulièrement élevées du mois de mai tandis que les orages de la fin juin éviteront un épisode de stress hydrique pour la vigne. Après un été exceptionnellement sec et chaud, les précipitations du début du mois de septembre font craindre le développement de la pourriture grise. Les vendanges 2017 seront donc précoces, en commençant dès la deuxième décade de septembre avec les Merlots. Les Cabernets, plus tardifs, bénéficient d’une arrière-saison providentielle avec des températures élevées à partir du 20 septembre permettant d’achever leur maturation dans des conditions optimales. Du côté des raisins blancs, l’excellent état sanitaire des baies témoigne d’une maturité phénolique idéale, conservant de belles acidités et une grande fraîcheur aromatique. La succession d’épisodes pluvieux et d’intervalles de sécheresse favoriseront le développement tardif du botrytis permettant une grande concentration des sucres et des arômes dans les raisins, conditions parfaites pour l’élaboration de grands liquoreux.


" Ce n’est pas un millésime de soleil, donc on sera plus sur des choses un petit peu tendues, un petit peu acides, un petit peu fermes mais avec de jolis fruités et caractéristiques "

Michel Rolland


Tous nos primeurs

Vous souhaitez en savoir plus ?

Nos conseillers sont disponibles du lundi au jeudi de 9h à 18h et le vendredi de 9h à 17h

00 800 267 33 289

conseil@millesima.com